Polyarthrite rhumatoïde (2022)

Polyarthrite rhumatoïde (1) 0 Polyarthrite rhumatoïde (2) 0

Read Time:7 Minute, 6 Second

Définition de la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie chronique des articulations par inflammation de la membrane synoviale qui les tapisse. Cette synovite inflammatoire atteint plus souvent les femmes, typiquement autour de la quarantaine ; elle évolue en général par poussées entrecoupées de rémissions plus ou moins longues.

Négligée, non diagnostiquée ou mal prise en charge, elle entraîne des destructions articulaires qui peuvent aboutir à une forte invalidité. Elle fait partie des maladies auto-immunes ou « dysimmunitaires », dites systémiques car elles affectent le corps entier à plus ou moins grande échelle. La forme grave de la polyarthrite rhumatoïde est prise en charge à 100% par l’Assurance maladie dans le cadre de l’Affection de Longue Durée n°22 (ALD 22).

Risques et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde

C’est la plus fréquente des maladies inflammatoires systémiques (généralisées). La polyarthrite rhumatoïde toucherait 0,3% de la population française selon l’étude EPIRHUM (Guillement et coll. 2005) avec des données recueillies en 2001.

La HAS estime sa prévalence entre 0,3 et 0,5% dans son « guide ALD 22 ». Dans le monde cette prévalence oscillerait entre 0,8 et 1% (Rinfleish et coll. 2005 ; Lee et coll. 2001). Cette fréquence augmente avec la latitude, plus élevée en Europe du nord qu’en Europe du sud. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes avant 50 ans ; cette différence s’atténue après 70 ans.

Les symptômes de la polyarthrite évoluent différemment selon les individus : elle peut entrer en rémission spontanée longue entre les poussées inflammatoires. Le plus souvent toutefois, avec le temps les poussées se rapprochent et les destructions articulaires s’accumulent. Le retentissement sur la vie quotidienne varie de la simple gêne à l’invalidité manifeste.

Les évolutions destructrices avec extension progressive à tous les organes ne devraient plus se voir grâce à la prise en charge précoce en milieu spécialisée. D’autant que la tendance mondiale observée depuis 15 ans est à la diminution de l’agressivité de la maladie (Rahman et coll. Ann Rheum Dis 2011;70:1631-40).

Comme toutes les maladies auto-immunes, la PR expose à une surmortalité. Ce sur-risque est évalué à 68% d’après une dernière cohorte hong-kongaise (Mok et coll. Arthritis Rheum 2011; 63:1182-9), soit une perte estimée de 6,5 années de vie par rapport à une personne en bonne santé : par excès de pathologies cardiovasculaires et de lymphomes.

Causes et mécanismes de la polyarthrite rhumatoïde

La réaction destructrice immunitaire qui attaque la synovie des articulations chez les patients est due à un déséquilibre brutal des facteurs pro et anti- inflammatoires cellulaires. Si la cascade pathologique de l’inflammation (cytokines) est mieux connue, on ne sait toujours pas ce qui la déclenche véritablement. Il faut un cumul de plusieurs événements chez une personne prédisposée.

Le terrain génétique favorable est fréquent mais ne suffit pas à déclencher la maladie. Les protéines du complexe majeur d’histocompatibilité HLA DR1 et DR4 (DRB* 0101, 0401, 0407) sont plus souvent rencontrées chez les patients ; elles sont produites par des gènes transmis familialement.

Les causes favorisants la polyarthrite :

Choc émotionnel

Un choc émotionnel est fréquemment retrouvé dans les jours précédents la poussée inaugurale de la maladie. Mais il est difficile de dire en quoi un trouble émotionnel peut dérégler l’équilibre immunitaire. Une fois lancé, il est remarquable que le processus s’emballe en dépit des mécanismes naturels qui devraient le contrôler.

Infections

Des infections particulières (virales) seraient aussi les promoteurs d’une hyperréaction générale par proximité des antigènes de l’intrus avec ceux de l’identité cellulaire du patient (antigènes d’histocompatibilité).

Hormones

Les hormones et leurs variations seraient aussi impliquées comme facteurs favorables à l’entrée dans la maladie et sa pérennité. Dans une étude publiée en 2011 Camacho et coll. Arthritis Rheum) notent que la contraception orale a tendance à limiter l’invalidité douloureuse de la PR ; les scores fonctionnels sont meilleurs sous pilule.

Grossesse

De même, la grossesse et sa forte imprégnation hormonale entraînent une régression de la maladie de 48 à 75% selon la méta-analyse de Ostensen et coll. (Rheumatology, 2011).

Symptômes et signes de la polyarthrite rhumatoïde

L’inflammation de PR débute souvent par les petites articulations, en particulier celles des mains et poignets.

(Video) Conftube ECNi #58 - Polyarthrite rhumatoide - topo (1/2)

En l’absence de traitement rapide, cette synovite peut détruire rapidement le cartilage et l’os. Il n’est toutefois pas rare de voir la poussée régresser d’elle-même en quelques semaines ; le patient (plus souvent une patiente) « oublie » alors de consulter. Ce n’est qu’à la poussée suivante que le diagnostic aura des chances d’être évoqué.

La synovite rhumatoïde est caractérisée par des symptômes degonflement chaud, douloureux et rouge des articulations touchées. L’atteinte bilatérale (droite et gauche) est un signe positif, ainsi que le grand nombre d’articulations : mains poignets, pieds, genoux. La mobilité est très limitée par la douleur (qui persiste au repos) et par la tension de la synovie dans l’articulation (visible au gonflement).

L’horaire inflammatoire comporte un maximum de signes dedouleurs en fin de nuit et au petit matin ; elles peuvent donc réveiller le patient, surtout en 2e partie de nuit. Au matin, l’articulation est engourdie, c’est l’ankylose, l’enraidissement douloureux. Le dérouillage est progressif et lent, souvent plus d’une heure lors des périodes actives de la maladie.

Des symptômes depetite fièvresont parfois observés et marque l’importance de la poussée inflammatoire.

Polyarthrite rhumatoïde – Prévention

Avec quoi ne faut-il pas confondre ?

De nombreuses maladies auto-immunes peuvent donner des symptômes articulaires comparables : goutte, infection, poussée d’arthrose, spondylarthrite ankylosante, lupus érythémateux disséminé, rhumatisme psoriasique…

C’est au médecin de faire la différence, grâce à sa consultation rapide.

Y a-t-il une prévention possible ?

On ne sait pas comment prévenir l’apparition d’une polyarthrite rhumatoïde chez les personnes prédisposées génétiquement à « s’enflammer », mais on peut influer sur son évolution.

Polyarthrite rhumatoïde – Préparer sa consultation

À quel moment consulter ?

Toute inflammation d’une articulation (gonflement, chaleur, douleur) doit faire consulter rapidement, voire dans la journée en cas de fièvre associée, de douleur très intense ou de rougeur de la peau en regard.

Plus on consulte tôt, dans les trois mois qui suivent les premiers signes, plus vite le médecin peut évoquer le diagnostic et adresser le patient au spécialiste.

La prise en charge précoce permet d’éviter la destruction articulaire (donc l’invalidité) et l’extension de la maladie. Le pronostic est alors radicalement différent.

Que fait le médecin ?

Pour évoquer le diagnostic, il suffit d’un faisceau d’éléments : examen clinique, analyses biologiques (prise de sang, ponction articulaire) et imagerie (radiologie, échographie).La HAS a proposé une série de critères biologiques, cliniques et d’imagerie, ainsi que des indicateurs de sévérité et de pronostic afin d’aider le médecin à orienter son diagnostic.

Après confirmation, c’est le rhumatologue qui instaure le traitement de fond, en fonction de la sévérité de la maladie et de la tolérance du patient. Le traitement de fond de référence est le méthotrexate. D’autres traitements classiques (léflunomide, sulfasalazine) sont possibles en alternative.

En cas de PR sévère d’emblée, on recourt à une biothérapie par anti-TNF alpha (adalimumab, étanercept ou infliximab), associée de préférence au méthotrexate ou une association de plusieurs traitements de fond classiques.

La corticothérapie doit être prescrite en association avec le traitement de fond pour une durée limitée.

Les thérapeutiques non médicamenteuses sont toujours associées :

•traitements physiques : kinésithérapie, ergothérapie, pédicurie-podologie ;

•réadaptation et notamment aménagement de l’environnement ;

(Video) [Episode 1] Qu'est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

•éducation thérapeutique du patient et interventions psychologiques ;

•autres interventions, notamment diététiques.

Comment préparer ma consultation ?

Il faut préciser la date, l’horaire de survenue des gonflements et des douleurs articulaires (articulations touchées, intensité de la douleur, retentissement…), la durée du dérouillage matinal, l’apparition de tout symptôme non articulaire.

Des circonstances déclenchantes ou aggravantes sont à signaler (autres maladies préalables par exemple).

*****

à retenir

Informations sur la polyarthrite

La polyarthrite rhumatoïde mal prise en charge évolue généralement vers l’invalidité plus ou moins prononcée, alors qu’elle a bénéficié ces dernières années de grands progrès thérapeutiques.

Ils permettent de maîtriser dans la majorité des cas l’évolution de la maladie s’ils sont prescrits tôt et au long cours.

Polyarthrite rhumatoïde (3)

(Video) Dossier santé : la polyarthrite rhumatoïde

About Post Author

Hespress Actu

informatiquefrance2001-lbc1@yahoo.fr

Happy

0 %

Sad

0 %

Excited

(Video) Arthrite rhumatoïde: infos et conseils

0 %

Sleepy

0 %

Angry

0 %

Surprise

0 %

FAQs

Quels sont les signes d'une polyarthrite rhumatoïde ? ›

Les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde
  • la personne est réveillée en fin de nuit par des douleurs articulaires et ressent, le matin, un engourdissement et une raideur de ces articulations pendant au moins 30 minutes ;
  • ces symptômes durent au moins depuis six semaines ;
1 Jul 2022

Quelle espérance de vie avec une polyarthrite rhumatoïde ? ›

L'espérance de vie des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde est réduite de 5 à 10 ans26 à cause de complications rhumatoïdes et d'un accroissement de la prévalence des décès de cause non spécifique.

Est-ce que la polyarthrite rhumatoïde est grave ? ›

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie grave qui entraîne une surmortalité.

Est-il possible de guérir de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Si aujourd'hui on ne guérit pas d'une polyarthrite rhumatoïde, les traitements existants soignent les poussées et les complications, et préviennent leur apparition. Ils reposent sur des médicaments luttant contre les douleurs et l'inflammation, associés à un traitement de fond et d'autres soins.

Est-ce que la polyarthrite fait mal au dos ? ›

Pour les patients, la maladie se traduit principalement par une douleur, souvent vive, volontiers nocturne (capable de réveiller le patient par des élancements) de la colonne vertébrale et/ou des fesses non calmées par le repos et diminuant avec l'exercice, et une ankylose matinale (enraidissement, difficultés à se ...

Qu'est-ce qui déclenche une crise de polyarthrite rhumatoïde ? ›

La cause précise de la polyarthrite rhumatoïde n'est pas connue. Un ensemble de facteurs semblent intervenir dans le déclenchement de la pathologie. Un terrain génétique prédisposé pourrait favoriser la maladie. Parmi les facteurs environnementaux incriminés, le tabagisme est un facteur de risque.

Comment débute la polyarthrite ? ›

des douleurs articulaires: ces douleurs apparaissent la nuit et peuvent être à l'origine de réveils. un engourdissement et une raideur: le matin, les articulations touchées sont raides, on a besoin de les « dérouiller » pendant au moins une demi-heure. un gonflement: les articulations concernées peuvent être gonflées.

Est-ce que la polyarthrite fait mal ? ›

La polyarthrite rhumatoïde est une arthrite inflammatoire dans laquelle les articulations, généralement des mains et des pieds, développent une inflammation, donnant lieu à un gonflement, une douleur et, souvent, la destruction des articulations.

Quelle eau boire pour la polyarthrite ? ›

Vous pouvez aussi boire des eaux riches en calcium, comme Hépar, Contrex, Courmeyeur.

Comment jai guéri de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Des chercheurs suisses ont injecté un traitement qui cible la douleur en se fixant sur la protéine des tissus inflammatoires à des souris. Elles ont été déclarées complètement guéries.

Quels sont les 5 pires aliments pour l'arthrose ? ›

Ces 5 aliments à éviter en cas d'arthrose
  • La charcuterie et la viande rouge. ...
  • Les huiles végétales. ...
  • Les frites et les chips. ...
  • Les biscuits et autres sucreries. ...
  • Le pain blanc.
12 Jan 2022

Est-ce que le soleil est bon pour la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Les patients atteints d'arthrite inflammatoire doivent connaître les risques liés à l'uvéite. Bien que l'uvéite ne soit pas causée par le soleil, le soleil ou toute lumière vive aggrave la douleur et la sensibilité à la lumière et crée un sentiment d'inconfort au niveau des yeux.

Est-ce que la polyarthrite rhumatoïde fatigue ? ›

Chez les personnes qui souffrent de polyarthrite rhumatoïde (PR), la fatigue est l'un des symptômes les plus fréquemment rencontrés. Plusieurs études ont montré qu'elle est un symptôme au moins aussi handicapant que la douleur.

Quelles sont les douleurs de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Quand la polyarthrite rhumatoïde (PR) est active, elle se manifeste par une inflammation articulaire avec des douleurs de rythme inflammatoire​ ​, des réveils nocturnes, des gonflements et un dérouillage matinal de toutes les articulations, mais surtout les mains et les pieds.

Pourquoi la polyarthrite fatigue ? ›

Les causes de cette fatigue sont multiples. La fatigue peut tout d'abord être liée à ces substances émises par le système immunitaire lors de poussées inflammatoires et qui épuisent totalement le corps. La fatigue peut également être causée par la douleur inflammatoire chronique des articulations.

Quelle est la différence entre l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde ? ›

L'arthrose commence généralement après 50 ans et est très fréquente chez les personnes âgées. La PR (polyarthrite rhumatoïde) quant à elle, est une maladie auto-immune qui se manifeste dans les articulations, mais aussi dans d'autres parties du corps, comme les yeux, le cœur, les poumons et les nerfs.

Quel taux de CRP pour une polyarthrite ? ›

Avec le DAS28-VS ou CRP, on estime que la maladie est en rémission lorsque le score est inférieur à 2,6, en faible activité lorsqu'il se situe entre 2,6 et 3,2, modérément active entre 3,2 et 5,1, et très active au-delà.

Est-ce que la banane est bonne pour l'arthrite ? ›

Chez les personnes atteintes de goutte (une forme d'arthrite), la réduction de la consommation d'alcool, de sel, de sucre, de mollusques et crustacés, de viande rouge et d'aliments à haute teneur en fructose (comme les bananes et les ananas) pourrait contribuer à réduire le risque de poussée et de lente détérioration ...

Comment Attrape-t-on la polyarthrite rhumatoïde ? ›

La PR est une maladie auto-immune dont l'origine exacte reste encore inconnue. Plusieurs facteurs peuvent intervenir pour dérégler le fonctionnement du système immunitaire et favoriser la survenue d'une PR : des facteurs hormonaux, environnementaux, psychologiques, génétiques, infectieux.

Quel est le meilleur traitement de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Le méthotrexate est le traitement de fond le plus utilisé dans la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) depuis plus de 30 ans.

Comment se débarrasser de la polyarthrite ? ›

Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde repose sur la prescription de médicaments (par voie orale ou en injections), la réadaptation fonctionnelle et les appareillages, ainsi que, parfois, la chirurgie. La prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde doit être multidisciplinaire.

Quelles sont les complications de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

L'existence d'une polyarthrite rhumatoïde augmente le risque de développer une maladie cardiovasculaire : infarctus du myocarde, angine de poitrine, thrombophlébite, accident vasculaire cérébral (« attaque »), etc.

Quel bilan sanguin pour polyarthrite rhumatoïde ? ›

Le médecin fait également pratiquer un bilan sanguin : recherche de marqueurs de l'inflammation (vitesse de sédimentation, protéine C réactive, par exemple), recherche de facteur rhumatoïde (parfois absent), recherche d'autres anticorps indiquant une maladie auto-immune, etc.

Est-ce que le chocolat est bon pour l'arthrose ? ›

Il fait partie des aliments à oublier en cas d'arthrose pour ses pouvoirs acidifiants et les déchets qu'il génère. Il est également très calorique favorisant la prise de poids, démarche contreproductrive.

Quel sport en cas de polyarthrite rhumatoïde ? ›

Certaines activités sportives sont particulièrement conseillées en cas de polyarthrite rhumatoïde :
  • La marche,
  • Les sports aquatiques (natation, aquagym),
  • Le vélo (en appartement ou en extérieur),
  • La gymnastique.

Est-ce que le fromage est bon pour l'arthrose ? ›

La consommation de fromages et produits laitiers entiers semblent être reliée à un risque plus faible de développer de l'arthrose du genou. Ceci ne se confirme pas avec la consommation de lait. La consommation de produits laitiers pourrait augmenter l'inflammation chronique.

Quelle est la différence entre l'arthrite et la polyarthrite ? ›

Quand elle touche plusieurs articulations, on parle de polyarthrite. L'arthrite peut être aigue, ou évoluer sur un mode chronique.

Quel traitement de fond pour la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Le méthotrexate est actuellement le traitement de fond prescrit en premier dans la polyarthrite rhumatoïde (sauf dans les cas particulièrement sévères). Son mécanisme d'action repose sur une réduction de l'activité du système immunitaire et des réactions inflammatoires.

Est-ce que la polyarthrite rhumatoïde fatigue ? ›

Chez les personnes qui souffrent de polyarthrite rhumatoïde (PR), la fatigue est l'un des symptômes les plus fréquemment rencontrés. Plusieurs études ont montré qu'elle est un symptôme au moins aussi handicapant que la douleur.

Comment jai guéri de la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Des chercheurs suisses ont injecté un traitement qui cible la douleur en se fixant sur la protéine des tissus inflammatoires à des souris. Elles ont été déclarées complètement guéries.

Quel sont les nouveaux traitement pour la polyarthrite rhumatoïde ? ›

Aujourd'hui sont commercialisés 5 produits dirigés contre le TNF-alpha et prescrits dans la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) : l'infliximab, l'adalimumab, l'étanercept, le certolizumab, le golimumab. Le choix du traitement dépend d'un certain nombre de critères et notamment du choix du médecin et du patient.

Est-ce que la polyarthrite est héréditaire ? ›

La Polyarthrite Rhumatoïde n'est pas une maladie héréditaire. Même si de nombreux facteurs génétiques ont été retrouvés, leur influence sur la survenue de la maladie reste faible.

Videos

1. #Fahemni Polyarthrite rhumatoïde
(TeebPedia)
2. Symptômes de la polyarthrite rhumatoïde
(Docteur Estelle)
3. [Episode 2] Comment vivre au quotidien avec la polyarthrite rhumatoïde ?
(MSD France)
4. Pour que la polyarthrite rhumatoïde ne dévore plus les articulations
(Rheumaliga Schweiz)
5. La polyarthrite rhumatoïde (1/3) : définition
(Carenity)
6. La polyarthrite rhumatoïde
(Médecine TV)

Top Articles

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Madonna Wisozk

Last Updated: 12/18/2022

Views: 5905

Rating: 4.8 / 5 (68 voted)

Reviews: 83% of readers found this page helpful

Author information

Name: Madonna Wisozk

Birthday: 2001-02-23

Address: 656 Gerhold Summit, Sidneyberg, FL 78179-2512

Phone: +6742282696652

Job: Customer Banking Liaison

Hobby: Flower arranging, Yo-yoing, Tai chi, Rowing, Macrame, Urban exploration, Knife making

Introduction: My name is Madonna Wisozk, I am a attractive, healthy, thoughtful, faithful, open, vivacious, zany person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.